Share
Good Evening Europe – Gigliola Cinquetti

Good Evening Europe – Gigliola Cinquetti

Il était une fois Gigliola Cinquetti. Elle est née le 20 décembre 1947, à Vérone, en Italie. Gigliola Cinquetti vit dans une famille fortunée et d’ascendance noble. Son père, Luigi, est architecte. Sa mère, Sara, est femme au foyer. Elle a une soeur : Rosabianca.

À cinq ans, Gigliola fait sa première expérience théâtrale. Ses parents découvrent très tôt son talent musical et l’encouragent dans cette voie, lui payant des cours de solfège et de piano.

À douze ans, Gigliola débute sa carrière de chanteuse et se produit en amateur au théâtre Ristori de Vérone. Elle poursuit en parallèle sa scolarité à l’École des Arts de Vérone, dont elle sort diplômée en chant et solfège. Elle obtient également son agrégation de l’enseignement, puis entame des études en architecture, avant de se réorienter vers la philosophie.

En 1963, Gigliola participe au Festival des Nouvelles Voix de Castrocaro, qu’elle remporte avec Le strade di notte (Les rues, la nuit), une chanson écrite par Giorgio Gaber. Elle signe dans la foulée son premier contrat d’enregistrement avec la compagnie CGD et publie son premier 45 tours.

En 1964, Gigliola participe pour la première fois au Festival de San Remo. Elle concourt de concert avec Patricia Carli. Toutes deux interprètent Non ho l’età. Ensemble, elles remportent le Festival, mais c’est Gigliola qui est choisie par la télévision publique italienne pour la représenter à la neuvième édition du Concours Eurovision de la chanson.

Le samedi 21 mars 1964, à Copenhague, Gigliola remporte le Concours Eurovision pour l’Italie. Elle devient la première et seule artiste de l’histoire du concours à être autorisée à remonter sur scène pour saluer une seconde fois le public. En effet, après sa prestation, le public danois l’applaudit de façon si marquée et si prolongée, que la production lui permit de revenir s’incliner à nouveau. Ce fut la première victoire de l’Italie au concours. Il s’agit toujours de la plus écrasante de toutes les victoires, l’Italie remportant 2,88 fois plus de votes que le Royaume-Uni, une proportion toujours inégalée. Non ho l’età rencontra un immense succès commercial partout en Europe, une première dans l’histoire du concours. La chanson se vendit à quatre millions d’exemplaires et offrit à Gigliola l’opportunité d’enregistrer son premier album. Gigliola, qui était alors âgée de seize ans, demeura la plus jeune gagnante de l’histoire du concours, jusqu’en 1986. Cette année-là, elle fut détrônée par la belge Sandra Kim, qui remporta la victoire à l’âge de treize ans.

..

En 1965, Gigliola revient concourir à San Remo avec la chanson Ho bisogno di vederti (J’ai besoin de te voir) et termine à la cinquième place. La même année, elle donne son premier concert à l’Olympia.

En 1966, Gilgiola remporte à nouveau San Remo, de concert avec Domenico Modugno. Cette fois, la télévision publique italienne choisit Modugno pour la représenter à la onzième édition du Concours Eurovision. Le chanteur terminera dernier avec la chanson Dio, come ti amo (Dieu, que je t’aime), qui connaîtra pourtant un grand succès commercial par la suite. Gigliola, quant à elle, apparaît également dans le film « Testa di rapa » et remporte le Lion d’argent à la Mostra de Venise, dans la catégorie « Révélations ».

De 1968 à 1973, Gigliola ne manque aucune édition du Festival de San Remo, concourant à six reprises consécutives. Elle obtient sa meilleure place en 1969, terminant sixième avec la chanson La piogga. Celle-ci rencontrera un très grand succès commercial et sera traduite en français sous le titre L’orage.

Au début des années 70, Gigliola se convertit progressivement à la musique folk. Elle consacre de plus en plus de temps à la peinture et aux arts décoratifs. Elle conçoit la couverture de plusieurs livres.

En 1973, Gigliola remporte l’émission Canzonissima avec la chanson Alle porte del sole (Aux portes du soleil) et devient numéro un des ventes de disques en Italie.

En 1974, Gigliola est à nouveau choisie par la télévision publique italienne pour la représenter à la dix-neuvième édition du Concours Eurovision. Sa chanson, Si, suscita immédiatement la controverse. L’Italie était alors en pleine campagne électorale, dans le cadre d’un référendum fixé au mois de mai 1974. Les Italiens devaient se prononcer pour ou contre l’abrogation de la loi permettant le divorce. Les censeurs de la télévision publique italienne estimèrent que Si (Oui) pourrait être accusée d’envoyer des messages subliminaux, voire d’être une propagande pour influencer les électeurs. La chanson ne fut diffusée par la RAI qu’après le référendum. Celui-ci se conclut par la victoire du non et le maintien de la loi sur le divorce. Quant à Gigliola, elle termina à la seconde place du concours, derrière le groupe suédois ABBA et leur chanson Waterloo.

En 1979, Gigliola épouse le journaliste Luciano Teodori dont elle a deux fils, Giovanni et Costantino. Après une pause professionnelle lui permettant d’élever ses enfants, elle revient sur scène en 1981. Parallèlement, Gigliola décide de devenir journaliste. Elle rédige plusieurs articles pour la presse écrite et apparaît comme reporter dans le programme de Federico Fazzuoli, « Linea verde ». En 1982, elle présente l’émission « Portobello » aux côtés d’Enzo Tortora.

Gigliola participe à deux nouvelles reprises au Festival de San Remo : en 1985, où elle termine troisième, et en 1989, où elle termine dix-huitième.

En 1991, Gigliola présente la trente-sixième édition du Concours Eurovision, en duo avec Toto Cutugno. Ce fut la première fois que deux anciens vainqueurs présentèrent ensemble le concours, Cutugno ayant remporté la victoire l’année précédente. Tous deux interprétèrent durant l’ouverture de la finale, leur chanson gagnante.

..

Durant la retransmission, les deux présentateurs s’exprimèrent quasi exclusivement en italien, ne recourant au français et à l’anglais que partiellement, durant la procédure de vote. En réalité, ni Gigliola, ni Toto ne maîtrisaient les deux langues officielles de l’UER. Ils rencontrèrent par conséquent des difficultés pour les prononcer et les comprendre. Cela ralentit fortement le déroulement du concours et créa de nombreux hiatus. Ainsi, durant la procédure de vote, le superviseur Frank Naef dut intervenir à une vingtaine de reprises, pour corriger leurs erreurs.

En 1995, Gigliola participe pour la douzième et dernière fois au Festival de San Remo. Elle termine à la quatorzième place. Par la suite, elle décide d’abandonner la chanson, pour devenir journaliste et présentatrice de télévision à plein temps.

Dès 1996, Gigliola anime plusieurs programmes pour la Rai et pour TMC.

En 1997, Gigliola joue son premier rôle au théâtre, mais la pièce ne rencontra pas les faveurs du public.
En 2008, Gigliola reçoit le prix « Giulietta alla Donna », en hommage à sa carrière en Italie et dans le monde.
En 2013, elle participe à la tournée Âge tendre, la tournée des idoles.

Laisser un commentaire