Share
En direct de Lisbonne : Retour sur les 4 premiers jours des répétitions !

En direct de Lisbonne : Retour sur les 4 premiers jours des répétitions !

Ce jeudi 3 mai c’est le premier jour des secondes répétitions des demi-finales. Mais auparavant revenons sur les quatre premiers jours que nous avons vécu dans le centre de presse pour les premières demi-finales. C’est un vrai petit circuit que doivent suivre les artistes. Prenez par exemple nos chouchous, les Moldaves DoReDos : arrivée sur place à 13h40; vérification des ears (tout ce qui a trait aux paramétrages des voix et des oreillettes) à 14h10 ; entrée sur la scène à 14h45 ; répétitions à 15h avec le plus souvent trois voire quatre essais suivant le temps; visionage des répétitions à 15h40 ; maquillage à 16h10 ; interviews pour eurovision.tv et les réseaux sociaux de l’UER à 16h50; conférence de presse Meet & Greet à 17h35 jusqu’à 17h55 et séances d’autographes pour terminer. Bref nos amis moldaves ne vont pas quitter l’Altice Arena avant 18h15.

Nous, dans le centre de presse nous avons accès aux répétitions diffusées sur les écrans et aux conférences de presse. Celles-ci sont animées par les deux Pedro, Predro Granger et Pedro Penim en alternance. Ils annoncent les artistes qui passent devant un photocall pour cinq minutes de shooting photo avant de s’assoir face au public sur l’estrade où sont disposées de une à six chaises, selon les souhaits des délégations. Parfois on a l’artiste seul face à nous, parfois toute l’équipe avec chef de délégation et auteurs, compositeurs, choristes, danseurs, voire chorégraphes.

Dans un premier temps Pedro (Grangier ou Penim) pose quelques questions, deux ou trois, avant de solliciter la presse et chacun de lever la main pour poser sa question. Vous l’avez compris le nombre de mains levées est proportionnel à l’importance supposée du candidat. Parfois, faute de questions, l’animateur doit meubler les vingt minutes avec des questions qu’il avait en réserve. Certains artistes sont très réservés et donnent des réponses courtes. D’autres sont tellement bavards qu’il est impossible de les arrêter. Le Meet & Greet est diffusé en direct sur eurovision.tv et enregistré par certains web-medias eurovisions qui le mettent en ligne sur leur chaine YouTube peu après.

N’espérez-pas apprendre grand chose dans ces conférences de presse qui sont, au final, très convenues mais parfois on a des questions intéressantes voire même pertinentes. Finalement les vedettes de ces meet & Greet ce sont les questionneurs. Parmi les habitués, on remarque notamment l’Australien Alistair Birch qui a tellement fouillé les détails des bios des artistes qu’il arrive à leur poser des questions sur un moment de leur vie dont ils n’ont plus aucun souvenir. Il y a aussi JP Berning de Radio International. C’est un journaliste qui aime les artistes Eurovision et chaque fois qu’il pose une question on le sent heureux et des étoiles brillent dans ses yeux. Et puis il y a le Polonais Szymon Stellmaszyk, toujours souriant mais qui pose parfois des questions qui sont moins convenues et qui peuvent titiller. Mais c’est toujours avec un grand sourire. N’oublions pas les petits nouveaux de cette année, les petits jeunes d’Eurovision-Bulgaria. Parfois je m’y colle aussi. J’y vais à l’instinct, sans que ça soit préparé.

Quels ont été les moments clés de ces conférences de presse ? Disons que la première qui nous a intéressé a été la quatrième, celle de la Belge Sennek, une Sennek qui rit tout le temps (c’est probablement nerveux) mais qui nous est apparue extrêmement sympathique. C’est le chef de la délégation Tchèque qui est venu nous annoncer que Mikolas Josef s’était blessé au dos pendant sa répétition et avait été transporté à l’hôpital. Le Meet & Greet de la gentille Lituanienne Ieva est passé vite car chacun était impatient de rencontrer l’israélienne Netta, après ses répétitions qui n’étaient sans doute pas à la hauteur des espérances du centre de presse. Netta avait malgré tout l’air d’être satisfaite. On a beaucoup aimé l’Estonienne, Elina Nechayeva, sublime et d’un charme fou. La première journée s’est achevée avec la Bulgarie et le groupe Equinox qui a déclaré que le groupe ne se séparerait pas après le Concours, ce qui a laissé sceptiques les membres de la presse.

Le second jour il a fallu attendre le Meet & Greet de la Finlandaise Saara Aalto pour nous réveiller avec évidemment des thématiques très LGBT puisque Saara est lesbienne. Je ne force personne à m’aimer et si les gens ne veulent pas m’écouter ce n’est pas grave a en gros dit Saara. On a évidemment beaucoup aimé les Suisses Zibbz et apprécié la prestation beatbox de Stones par Stefan Gfeller. La journée s’est achevée par la Chypriote Eleni Foureira qui adore les objectifs et nous a fait des poses en veux-tu en-voilà au shooting photos.

Mardi ça a commencé fort avec Alexander Rybak, qui a visiblement pris trois doses de Red Bull avant son Meet & Greet. Mais comment voulez-vous faire de bonnes photos quand le modèle bouge et sautille dans tous les sens ? Il y avait beaucoup de monde en raison probablement de son double statut d’ancien lauréat du Concours (en 2010) et de favori cette année, car sa prestation en a convaincu plus d’un, comme en témoigne sa fulgurante remontée chez les bookmakers.

On a apprécié la sincérité des Serbes. C’était amusant, car à côté des six performers il y avait un type plus très jeune en tee shirt rouge. Il s’agit du leader du groupe, Sanja Ilić, qui est paradoxalement le seul membre du groupe à ne pas monter sur scène. L’ambiance était virile pour le Meet & Greet du Danois Rasmussen avec des barbes et des cheveux longs à gogo. On se sentait un peu gêné quand est apparue la Russe Julia Samoylova car bien qu’elle chante un titre en anglais, elle ne parle pas la langue et une traductrice était nécessaire. De là à imaginer que les choix artistiques lui ont été imposés et qu’elle n’a pas eu son mot à dire il n’y a qu’un pas que beaucoup ici ont franchi.

Le grand moment de la journée était la conférence de presse de la Moldavie, ou plutôt celle de Philip Kikorov et des DoReDos, car la star de ce Meet & Greet moldave était Philip. Un novice pouvait même se dire que c’était lui le chanteur et les trois Moldaves les choristes. Mais peu importe car nous, à concours-eurovision.fr on adore Philip et on adore les DoReDos dont la prestation fût éblouissante et très fun. Elle devrait faire un très bon résultat cette année. La journée s’est achevée avec l’Australienne Jessica Mauboy tellement heureuse d’être ici qu’on ne pouvait plus l’arrêter et si Pedro Granger n’avait pas mis le holà son Meet & Greet aurait duré jusqu’à minuit.

Pour la quatrième journée nous avons eu quelques instants intéressants. d’abord avec les Géorgiens qui nous ont paru un peu perdus au milieu de cette cohue mais qui représentent la touche d’authenticité nécessaire à tout Eurovision. Nous avons remarqué que la Maltaise Christabelle aime beaucoup des objectifs des appareils photos et nous la remercions pour toutes les poses qu’elle nous a faites. Très attendu, le Meet & Greet du Suédois (d’origine italienne) Benjamin Ingrosso n’a pas déçu, notamment quand ce dernier a évoqué la rencontre de ses parents, sa mère chanteuse, son père choriste, au beau milieu des années 80 sur un plateau du Melodifestivalen. Il n’en a pas l’air mais le Monténégrin Vanja Radovanović a beaucoup d’humour et serait adepte de blagues et devinettes salaces, mais il n’a pas osé nous les répéter en public. Dommage. La journée s’est achevée avec l’Ukrainien Melovin et son oeil hypnotiseur.

 

Et pour terminer la journée, le zapping des prestations de la première demi-finale :

Laisser un commentaire