Share
Eurovision 2018 – Israël – Netta Barzilai

Eurovision 2018 – Israël – Netta Barzilai

Netta Barzilai vient de remporter l’ HaKokhav HaBa, la sélection israëlienne pour l’Eurovision. Elle a de la voix, et une présence scénique indéniable. Avant d’en découvrir un peu plus sur Netta, voici ce qu’elle a proposé pour gagner les votes du public (nous reviendrons sur cet article rapidement).

Israël participe au Concours Eurovision depuis 1973, et l’a remporté à trois reprises : en 1978, 1979 et 1998 :

La première fois, en 1978, avec la chanson A-Ba-Ni-Bi, interprétée par Izhar Cohen et The Alphabeta. A-Ba-Ni-Bi s’inspirait d’un langage imaginaire, appelé Code B, et qui avait été inventé par des enfants hébreux pour communiquer entre eux, sans être compris de leurs parents. Son principe fondamental consiste à ajouter systématiquement un B après chaque syllabe, en répétant la voyelle de la syllabe.
À son retour, à Tel-Aviv, Izhar Cohen reçut un accueil triomphal. Ses admirateurs allèrent jusqu’à le porter sur leurs épaules, à travers tout l’aéroport. Cependant, le déroulement et le résultat du concours posèrent problème à de nombreux télédiffuseurs d’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Tous passèrent des spots publicitaires durant la prestation d’Israël. Puis, lorsque la victoire israélienne devint évidente, tous mirent fin prématurément à la retransmission. La Jordanie se fit particulièrement remarquer. La télévision jordanienne interrompit le déroulement du vote, pour faire un gros plan sur un bouquet de jonquilles. Le lendemain, les journaux jordaniens proclamèrent la victoire de la Belgique, qui avait en réalité terminé deuxième.

La deuxième fois, en 1979, avec la chanson Hallelujah, interprétée par Gali Atari et Milk and Honey. Hallelujah remporta un énorme succès commercial partout en Europe et dans le monde.

La troisième fois, en 1998, avec la chanson Diva, interprétée par Dana International. Dana International était alors déjà très célèbre dans son pays. Cette participation suscita immédiatement une très grande attention de la part des médias israéliens et internationaux. En effet, Dana International, qui était née de sexe masculin, avait opéré un changement complet de genre en 1993. Elle devint ainsi la première artiste transsexuelle à participer au concours.
En Israël, les milieux politiques conservateurs et les groupements religieux orthodoxes protestèrent vivement contre ce choix. Ils le jugèrent inopportun, spécialement l’année du cinquantième anniversaire de la fondation du pays. Dana International reçut dans la foulée de nombreuses menaces de mort, prises fort au sérieux par la délégation israélienne. Tous ses membres se déplacèrent donc sous la protection d’un service de sécurité pléthorique et logèrent dans le seul hôtel de Birmingham pourvu de vitres blindées. Même les robes de la chanteuse, créées par Jean-Paul Gaultier, bénéficièrent en permanence d’un garde du corps. Ce fut la première victoire d’une chanson recourant entièrement à une bande-son.

Le pays a manqué cinq éditions du concours : en 1980, 1984, 1994, 1996 et 1997.

En 1980, 1984 et 1997, Israël se retira car la date du concours coïncidait avec celle de Yom Hazikaron, commémoration annuelle des victimes de guerre israéliennes. En 1994, le pays fut relégué, suite aux résultats obtenus l’année précédente. Enfin, en 1996, l’UER instaura une épreuve de présélection, au terme de laquelle Israël fut éliminé.

Depuis l’instauration des demi-finales, en 2004, Israël a participé à huit finales du concours : en 2005, 2006, 2008, 2009, 2010, 2015, 2016 et 2017. Le pays a en outre terminé à deux reprises, à la deuxième place (en finale en 1982 et 1983)

Laisser un commentaire