Share
Eurovision 2015 – Israël – Nadav Guedj – Golden Boy

Eurovision 2015 – Israël – Nadav Guedj – Golden Boy

Il vient de remporter le Rising Star en Israël, et a gagné en même temps le droit de représenter son pays sur la scène de l’Eurovision. Nadav Guedj est né le 2 novembre 1998 à Paris.

..

..

Mama, someone broke my heart again
Tell her I don’t think I can take it anymore
Mama, someone broke my heart again
Now I’m gonna ease my pain,
Dancing on the floor

Take me out,
I’m not in the mood for a broken heart
Gonna dance tonight, forget her
No, she doesn’t know
What I’m doing on the floor
Did you say hello, my ladies?

Pull me baby, I’m your trigger
You know that my love is bigger
Love, Love, Love
Let the rhythm take us higher
You know when I’m on fire
Check me out (3-2-1- hey!)

I’m a golden boy
Come here to enjoy
I’m the king of fun
Let me show you how we do it
I’m a golden boy
Come here to enjoy
And before I leave
Let me show you Tel Aviv

Hold me tight,
We’re not going home tonight
Oh yeah, do you like my dancing?
Pull me baby, I’m your trigger
You know that my love is bigger
Check me out (3-2-1- hey!)

I’m a golden boy
Come here to enjoy
I’m the king of fun
Let me show you how we do it
I’m a golden boy
Come here to enjoy
And before I leave
Let me show you Tel Aviv

This is how we do it…

Israël participe au Concours Eurovision de la chanson, depuis 1973, et a manqué cinq éditions du concours : en 1980, 1984, 1994, 1996 et 1997. Israël a remporté le concours à trois reprises : en 1978, 1979 et 1998 :

La première fois, en 1978, avec la chanson A-Ba-Ni-Bi, interprétée par Izhar Cohen & The Alphabeta. A-Ba-Ni-Bi s’inspirait d’un langage imaginaire, appelé Code B, et qui avait été inventé par des enfants hébreux pour communiquer entre eux, sans être compris de leurs parents. Son principe fondamental consiste à ajouter systématiquement un « B » après chaque syllabe, en répétant la voyelle de la syllabe. La responsable de la délégation israélienne Rivka Michaeli arriva sans grand espoir à Paris. Elle avait jugé la finale nationale israélienne désastreuse et les chansons qui avaient été présentées, mauvaises, A-Ba-Ni-Bi étant pour elle la moins mauvaise. La victoire de son pays lui causa donc une grande surprise. Izhar Cohen, de son côté, demeura certain de sa victoire du début à la fin. Cette victoire fut marquée par un record : l’attribution à cinq reprises consécutives de la note maximale. Ce record fut égalé deux fois par la suite, en 1997 et en 2012. À son retour, à Tel-Aviv, Izhar Cohen reçut un accueil triomphal. Ses admirateurs allèrent jusqu’à le porter sur leurs épaules, à travers tout l’aéroport. Cependant, le déroulement et le résultat du concours posèrent problème à de nombreux télédiffuseurs d’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Tous passèrent des spots publicitaires durant la prestation d’Israël. Puis, lorsque la victoire israélienne devint évidente, tous mirent fin prématurément à la retransmission. La Jordanie se fit particulièrement remarquer. La télévision jordanienne interrompit le déroulement du vote, pour faire un gros plan sur un bouquet de jonquilles. Le lendemain, les journaux jordaniens proclamèrent la victoire de la Belgique, qui avait en réalité terminé deuxième.

La deuxième fois, en 1979, avec la chanson Hallelujah, interprétée par Gali Atari & Milk and Honey. Hallelujah remporta un énorme succès commercial partout en Europe et dans le monde.

La troisième fois, en 1998, avec la chanson Diva, interprétée par Dana International. Dana International était alors déjà très célèbre dans son pays. Cette participation suscita immédiatement une très grande attention de la part des médias israéliens et internationaux. En effet, Dana International, qui était née de sexe masculin, avait opéré un changement complet de genre en 1993. Elle devint ainsi la première artiste transsexuelle à participer au concours. En Israël, les milieux politiques conservateurs et les groupements religieux orthodoxes protestèrent vivement contre ce choix. Ils le jugèrent inopportun, spécialement l’année du cinquantième anniversaire de la fondation du pays. Dana International reçut dans la foulée de nombreuses menaces de mort, prises fort au sérieux par la délégation israélienne. Tous ses membres se déplacèrent donc sous la protection d’un service de sécurité et logèrent dans le seul hôtel de Birmingham pourvu de vitres blindées. Même les robes de la chanteuse, créées par Jean-Paul Gaultier, bénéficièrent en permanence d’un garde du corps. Ce fut la première victoire d’une chanson recourant entièrement à une bande-son et ce fut la première fois qu’un pays n’ayant pas participé l’année précédente remporta le grand prix.

Depuis l’instauration des demi-finales, en 2004, Israël a participé à cinq finales du concours : en 2005, 2006, 2008, 2009 et 2010. Cependant, depuis 2010, le pays n’a plus jamais accédé à la finale.

1 Comment on this Post

  1. Très belle chanson… qui donne la pêche est resté dans la tête…. ce petit jeune mérite de gagner

    Répondre

Laisser un commentaire