Share
Eurovision 2014 – France – Twin Twin – Moustache

Eurovision 2014 – France – Twin Twin – Moustache

C’est un trio à l’effervescence créatrice et aux influences électro, rock, rap, funk ou chanson formé de Lorent Idir et François Djemel, les jumeaux du groupe, et d’un troisième larron, Patrick Biyik. Avec leurs mélodies montées sur ressorts, leur goût pour les carambolages sonores et les conjugaisons percutantes, leur sens du gimmick et la vivacité de leurs textes en prises avec le réel, Twin Twin se présente comme un remède idéal à la sinistrose ambiante. Leur mojo ? Vive la vie… Oh yeah !
Le groupe s’est formé en 2009 à Montreuil. Avant, les jumeaux ont commencé leur carrière artistique dans le cinéma : ils sont devenus assistants cinéma et Lorent a gagné de l’expérience dans le domaine de l’écriture. En 2010, après avoir remporté le prix SFR des jeunes talents, leur permettant d’ouvrir les spectacles de la chanteuse britannique VV Brown et du groupe français BB Brunes. Ils sont programmés dans de nombreux festivals en France comme Rock en Seine en 2010, le Printemps de Bourges, les Francofolies en 2011 et enfin Solidays en 2012.
Leur premier EP, « By my side » est sorti dans les bacs en 2011 et en Avril 2013, le premier album du groupe : « Vive la Vie« , a été publié en France chez Warner.

Le titre « Moustache  » est à l’image du groupe : pétant et joyeux. Cette chanson pop dénonce l’insatisfaction moderne de toujours désirer ce que nous n’avons pas, d’en vouloir plus même si on est très gâtés par la vie. C’est un ami de Twin Twin qui a inspiré cette chanson un soir dans un bar. Il s’est plaint de ne pas être heureux malgré tout ce qu’il avait. Il s’est exclamé alors qu’il souhaitait une … moustache. Et ce fut le point de départ d’une formidable aventure.

La France participe au Concours Eurovision de la chanson, depuis 1956. La France est un des sept pays fondateurs du Concours Eurovision de la chanson, avec l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse. La France fait partie des cinq plus importants contributeurs financiers de l’UER, avec l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni. Ensemble, ils constituent le groupe dit des « Big Five ». Depuis l’édition 1999 du concours, ceux-ci ont la garantie d’une place automatique en finale.

La France a remporté le concours à cinq reprises : en 1958, avec la chanson Dors, mon amour, interprétée par André Claveau, en 1960, avec la chanson Tom Pillibi, interprétée par Jacqueline Boyer, en 1962, avec la chanson Un premier amour, interprétée par Isabelle Aubret, en 1969 avec la chanson Un jour, un enfant, interprétée par Frida Boccara, et en 1977 avec la chanson L’Oiseau et l’Enfant, interprétée par Marie Myriam.

Le pays a terminé à la deuxième place, à quatre reprises (en 1957, 1976, 1990 et 1991) et à la troisième place, à sept reprises (en 1959, 1965, 1967, 1968, 1978, 1979 et 1981). La France attribue ses points généralement à Israël, à la Turquie, et au Royaume-Uni. En retour, le pays reçoit des points de la Suisse, de la Norvège et de la Grèce.

 

Quelque chose me manque mais quoi ?
Je veux ci, je veux ça
Quand j’dors j’fais des rêves en dollars
Tous les jours j’ai un nouveau costard
Chez moi tout est neuf tout est beau
Le monde pleure derrière mes rideaux
J’m’en fous j’habite au dernier étage
J’connais même pas ma femme de ménage

Il y a du cuir dans ma voiture
L’odeur de mon parfum me rassure
Je n’aime pas montrer mes émotions
A la salle de musculation
Je soulève quelques poids et haltères
Mon corps est une machine de guerre
J’ai tout ce qu’on rêverait d’avoir
J’ai peut-être tout c’est vrai

Mais moi j’voulais une moustache
Une moustache, une moustache
I wanna have a moustache
a moustache, a moustache
quiero un bigote

Je veux ci, je veux ça,
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci, c’est comme ça,
Il y a toujours un truc que j’ai pas
Je veux ci, je veux ça,
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci, c’est comme ça,
Il y a toujours un truc que j’ai pas
Je veux ci, je veux ça
C’est comme ci, c’est comme ça
Je veux ci, je veux ça
C’est comme ci, c’est comme ça
Il y a toujours un truc que j’ai pas

Alors j’en rajoute encore
Des tonnes de choses derrière mes placards
J’ai des amis quand même
Et même des amis qui m’aiment
J’me dis j’ai tout pour plaire, j’ai tout pour
J’ai le monde à mes pieds c’est fou
J’ai tout ce qu’on rêverait d’avoir
J’ai peut-être tout c’est vrai

Mais moi j’voulais une moustache
Une moustache, une moustache
I wanna have a moustache
a moustache, a moustache
quiero un bigote

Je veux ci, je veux ça,
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci, c’est comme ça,
Il y a toujours un truc que j’ai pas
Je veux ci, je veux ça,
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci, c’est comme ça,
Il y a toujours un truc que j’ai pas

J’donnerais tout ce que j’ai
Contre une moustache
Maintenant je sais, c’que j’veux c’est
Une moustache
J’pourrais tout laisser, tout donner
pour une moustache
J’ai peut-être tout c’est vrai
Mais pas c’que j’voulais

Je veux ci, je veux ça,
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci, c’est comme ça,
Il y a toujours un truc que j’ai pas
Je veux ci, je veux ça,
Il y en a jamais assez pour moi
C’est comme ci, c’est comme ça,
Il y a toujours un truc que j’ai pas

Mais moi j’voulais une moustache

Twin Twin sur la scène du Melweg – Amsterdam 05 avril 2014

Laisser un commentaire