Share
Eurovision 2014 – Belgique – Axel Hirsoux – Mother

Eurovision 2014 – Belgique – Axel Hirsoux – Mother

Cette année selon la sacro-sainte règle de l’alternance, c’est la VRT (Télévision Publique Flammande) qui organise la sélection de la chanson belge via l’émission « Eurosong 2014 » dont nous venons de vivre le dernier acte ce soir.
En toute logique, et ce surtout depuis la montée des divisions linguistiques (ayant laissé la Belgique plus d’un an sans gouvernement), la chanson gagnante devrait être flamande !
Mais l’Histoire n’avait pas tenu compte d’Axel Hirsoux
Ce wallon au physique hors normes et habitant du Hainaut, déjà surnommé le « Pavarotti Belge », vient de remporter haut la main la finale avec sa chanson « Mother », dédiée en tout premier à sa maman. Cette chanson toute en émotion et puissance place directement Axel comme étant l’un des chanteurs les plus doués techniquement cette année à l’Eurovision.

Un ami belge, nous a fait part que l’on peut avoir l’impression que l’alternance RTBF/VRT est contre nature. Elle permet justement de pouvoir envoyer une fois sur deux quelqu’un du Nord puis quelqu’un du Sud (L’Eurovision est une vitrine des artistes des 2 Communautés).

Mais le chemin fut long ! Bien que plébiscité par le jury en demi-finale (jury composé notamment de la gagnante de l’Eurovision 2004, Ruslana), il restait à savoir si le public « flamand » était prêt à envoyer un chanteur « wallon » les représenter. La presse du Sud du pays semblait moins confiante. Mais le vote du public fut massif, avec plus de 57% des voix, ce qui classa Axel (très) loin devant les 5 autres concurrents.

Après ce triomphe au Nord, il paraît clair maintenant que le Sud du pays a déjà laissé passé sa chance avec Axel. Il avait participé l’année passée à l’émission « The Voice » où il avait été éliminé pendant l’épreuve des duels par… Natasha St Pier, elle même représentante Française pour l’Eurovision en 2001 et ce déjà à… Copenhague ! Avec le recul, ceci ressemble maintenant à un clin d’oeil de l’Histoire…

La grande Finale de l’Eurovision aura lieu deux semaines avant les élections générales en Belgique et certains prédisent un nouveau blocage institutionnel ce qui devrait (re)mettre la Belgique au devant de l’actualité internationale. Mais l’Eurovision nous a habitué à découvrir des chanteurs engagés, ayant un message dépassant leur musique. Et cette année, sans en avoir l’air, la Belgique déguise sous des airs lyriques son envie de proclamer haut et fort sa devise : « L’Union fait la Force » !

Axel Hirsoux n’est pas un Wallon qui va représenter la Flandre à l’Eurovision, mais tout simplement un Belge !

La Belgique participe au Concours Eurovision de la chanson, depuis sa première édition, en 1956 et l’a remporté une seule fois en 1986 avec la chanson J’aime la vie, interprétée par Sandra Kim. Depuis l’instauration des demi-finales, en 2004, la Belgique a participé à trois finales du concours : en 2004, en 2010 et en 2013. La Belgique fut le dernier des sept pays fondateurs à gagner le grand prix. Il s’était alors écoulé trente ans, entre ses débuts et sa première victoire. Ce record ne fut battu qu’en 2006, lorsque la Finlande l’emporta quarante-cinq ans après ses débuts La Belgique reçoit des points des Pays-Bas, de la France et du Royaume-Uni. En retour, la Belgique attribue des points au Royaume-Uni, à l’Allemagne et à l’Irlande.

I’m coming home,
I’m broken hearted and I need,
Time to shelter,
I need your love,
A hand to hold, a heart to heal, a voice to help me through, through…

And when hope is low,
You find the words to make me feel, so much better,
When I’ve had enough, oh I’ve had enough,
Of all the tears and all the hurt I can count on you, only you…

And once again mother,
You are right there mother,
You are my guiding light,
My shoulder, my shelter, my satellite,
I’m weak, you’re bright.

It’s not said enough,
But you mean the world to me you’re more, than a soulmate,
And you should know, oh you should know,
I’m so thankful and so hopeful that some day soon, i’ll shine like you…

And once again mother,
You are right there mother,
You are my guiding light,
My shoulder, my shelter, my satellite,
I’m weak, you’re bright,
Give me your strength, oh mother,
Give me your care mother,
You are my guiding light,
My shoulder, my shelter, my satellite,
I’m weak, you’re bright,
And once again mother, / You’re all I have mother,
And once again mother, / You’re all I have mother,
Oh mother…

Eurovision in Concert – Amsterdam 05/04/2014

Interview « Ce n’est que du Bonheur ! »
propos recueillis par Jo Peters, Tom Daley, Cornelius & Sultan

Concours-Eurovision : Bonjour Axel, nous nous sommes contactés par Facebook à plusieurs reprises, puisque ton article a bien marché en Belgique et en France.
Axel Hirsoux : Oui ! tout à fait et ca me fait plaisir et je suis aussi un peu Français !
Maman Française ?
Oui !
Donc le papa est belge ?
Oui ! Maman est totalement belge maintenant
Comment définirais tu ton univers musical ?
Je suis très chansons à voix mais aussi très variétés, Française, Anglaise. J’écoute de tout et j’écoute tout le monde, mais je suis fan de personne.
Il y a des artistes qui t’ont marqué ?
En artistes francophone, il y a Daniel Balavoine, Grégory Lemarchal. Au niveau international, il y a Adele, Queen. Finalement toujours des chanteurs qui ont une certaine voix, vers laquelle je peux me rapprocher. Je suis en train de créer ma propre influence, mon propre univers et j’essaye de me baser sur mes modèles quand j’étais enfant ou ado.
Est ce qu’il y a une chanson ou tu te dis « J’aurais aimé qu’on l’écrive pour moi »
Pas vraiment non, je n’ai pas cette prentention. Après, je me suis déjà dit en entendant une chanson que j’aurais aimé l’interpréter
comme tous les cris les SOS de Daniel Balavoine. Une chanson que j’aimerais bien qu’on m’écrive. Mais les miennes viendront !
Sur les symboles, dans un pays qui semble divisé, un wallon va représenter la Belgique
Moi je suis avant tout Belge. Ce n’est pas la Flandre qui va à l’Eurovision, ni la Wallonie. C’est la Belgique. J’ai été choisi car je suis belge, le public a été touché par ma voix, par la chanson, par l’émotion que j’ai pu transmettre. Après, oui, j’habite en Wallonie mais le côté problématique n’existe pas vraiment. Je ne l’ai pas ressenti du tout. J’ai pas eu de souci. Et en Belgique, tout le monde est derrière moi. J’ai cette chance là !
Parle nous de ta rencontre avec Ruslana ?
C’était explosif ! parce que Ruslana est une personne entière, de vraie, de sincère. Et donc c’est une personne qui m’a beaucoup ému, qui m’a beaucoup touché. Elle a parlé de ma voix, de mes qualités vocales, de ma chanson, de ce qu’elle pouvait vivre dans son pays. C’est une personne très humaine. C’est vraiment une belle rencontre. J’ai vraiment eu de la chance d’avoir une ancienne gagnante du concours dans le jury.
Le 10 mai au soir, tu remportes le concours, quelle est la chose la folle que tu aurais envie de faire ?
Rires. Il parait qu’il y a de l’eau à Copenhague, autour de la scène, donc je crois que je vais me jeter dedans !
Attention, nous enregistrons, ce n’est pas une promesse électorale !!
Mais je sauterais ! Avec mon chef de délégation !
Il va être content
Oui, très ! (rires)
Une dernière question, tu vas participer au concours, donc tu vas répondre des centaines de fois aux mêmes questions, tu vas faire des milliers de photos, des centaines d’interviews.
C’est top ! Ca fait partie du jeu. J’ai la chance de commencer une carrière avec l’Eurovision. C’est un concours que je regarde depuis que je suis enfant. Je suis fan de ce concours. J’étais dans le public en 2011 à Düsseldorf. C’est un très beau début de carrière, j’espère que la suite sera aussi positive. Ce n’est que du bonheur !

Pour plus d’informations concernant l’Histoire Eurovisuelle de nos voisins belges, voici notre lien ci-dessous :
La Belgique depuis 1986

Laisser un commentaire