Share
Eurovision 1990

Eurovision 1990

35ème Concours Eurovision : 1990

Le concours Eurovision de la chanson 1990 fut la trente-cinquième édition du concours. Il se déroula le samedi 5 mai 1990, à Zagreb, alors en Yougoslavie. Il fut remporté par l’Italie, avec la chanson Insieme: 1992, interprétée par Toto Cutugno. La France et l’Irlande terminèrent ex aequo à la deuxième place.

Organisation : La Yougoslavie, qui avait remporté l’édition 1989, se chargea de l’organisation de l’édition 1990. Suite à la controverse de l’édition 1989, l’UER introduisit une nouvelle règle. Désormais, tous les candidats devaient avoir seize ans révolus, le jour de leur participation au concours.

Première controverse : L’organisation du concours se révéla extrêmement coûteuse pour la télévision publique yougoslave. Les cartes postales furent un gouffre financier à elles seules. Le budget initial fut rapidement dépassé, nécessitant le recours à des travailleurs payés au noir. Les médias yougoslaves s’en émurent et reprochèrent aux dirigeants de la JRT de dépenser des sommes insensées, alors que le pays traversait une crise économique et que de nombreux Yougoslaves vivaient dans la pauvreté.

Mascotte : Pour la toute première fois, le concours reçut une mascotte, en la personne d’Eurochat (Eurocat en anglais). Il s’agissait d’un chat anthropomorphe de couleur mauve, qui avait été dessiné par le caricaturiste Joško Marušic. Il intervint à de très nombreuses reprises durant la retransmission, apparaissant notamment dans la vidéo d’ouverture et les cartes postales.

Premier incident : Les présentateurs de la soirée furent Helga Vlahovic et Oliver Mlakar. La première se chargea des passages en anglais et le second, des passages en français. Helga Vlahovic était alors âgée de quarante-cinq ans et Oliver Mlakar, de cinquante-quatre. Durant les répétitions, certains membres de la production et représentants de la presse firent des commentaires désobligeants sur leur âge. Profondément offensés, Vlahovic et Mlakar claquèrent la porte des répétitions et se retirèrent du concours. Ils furent alors brièvement remplacés par Rene Medvešek et Dubravka Markovic. Finalement, Vlahovic et Mlakar reçurent des excuses et reprirent leur place de présentateurs.

Pays participants : Vingt-deux pays participèrent au trente-cinquième concours. Il n’y eut ni début, ni retrait, ni retour.

Format : Le concours eut lieu au Koncertna dvorana Vatroslav Lisinski, à Zagreb, salle de concert inaugurée en 1973 et baptisée en l’honneur du compositeur Vatroslav Lisinski. La scène se composait d’un vaste podium de couleur dorée, comportant deux niveaux et bordé de bandeaux lumineux. Chacun des niveaux comportait un damier d’écrans, encastré dans le sol, qui prit des couleurs verte, rouge et bleue selon les prestations. Le podium principal était prolongé de part et d’autre, par deux podiums annexes. Celui de gauche était destiné aux présentateurs ; celui de droite, à l’orchestre. Tous deux étaient pourvus d’un mur d’écrans. L’arrière-fond se composait d’une structure métallique en damier, parcourue de néons bleus et rouges. D’autres néons, rouges et verts, dessinaient des motifs courbes, partant de la structure et la reliant aux murs d’écrans. Le programme dura près de deux heures et quarante-huit minutes. L’orchestre était dirigé par Igor Kuljeric.

Ouverture : L’ouverture du concours débuta par la présentation d’Eurochat. S’ensuivit une vidéo, intitulée Zagreb : ville de musique et réalisée par Nenad Puhovski. Elle présenta la richesse culturelle musicale de la capitale croate, du classique à la pop, en passant par le traditionnel et le folklorique. Elle se conclut par la reprise du Te Deum de Marc-Antoine Charpentier, par plusieurs chanteurs et musiciens différents. Eurochat fit alors son entrée dans le Koncertna dvorana Vatroslav Lisinski, puis sur scène, bientôt suivi par les présentateurs. Ceux-ci firent alors les introductions d’usage. L’orchestre interpréta brièvement la partition de Rock Me, la chanson gagnante de l’année précédente.

Chansons : Vingt-deux chansons concoururent pour la victoire. Cinq chansons reflétèrent dans leurs paroles, les évènements historiques et politiques ayant secoué l’Europe, l’année précédente. Furent ainsi évoqués la chute du Rideau de fer (par l’Autriche et la Norvège), la fin de la Guerre froide (par la Finlande), les processus de démocratisation en cours (par l’Allemagne) et les perspectives d’unification du continent (par l’Italie). La chanson belge, Macédomienne, avait été écrite et composée par Philippe Lafontaine, spécialement pour le concours et parce que celui-ci avait lieu en Yougoslavie. Il s’agissait d’une déclaration d’amour et d’un cadeau à son épouse, qui était d’origine macédonienne. Il ne voulut initialement ni l’enregistrer, ni la commercialiser, allant jusqu’à en briser la matrice. Il changea d’avis quelques années plus tard, afin d’aider un projet humanitaire en Bosnie-Herzégovine.
La chanson française, White and Black Blues, avait été écrite par Serge Gainsbourg. C’était sa troisième participation au concours, après sa victoire en 1965, avec Poupée de cire, poupée de son, et sa cinquième place en 1967, avec Boum badaboum. Mais c’était sa première participation pour la France, les deux précédentes étant respectivement pour le Luxembourg et pour Monaco. Il y avait eu cette année-là, un changement de direction à la tête du département des divertissements de la télévision publique française. La nouvelle directrice, Marie-France Brière, au vu des mauvais résultats français des années précédentes, avait initialement décidé d’un retrait d’Antenne 2. Mais après réflexion, elle opta pour une approche professionnelle. Ce fut elle qui décida Serge Gainsbourg et Joëlle Ursull, alors membre du groupe Zouk Machine et qui souhaitait lancer sa carrière solo. White and Black Blues termina à la deuxième place mais fut le véritable succès commercial du concours.
Le représentant italien, Toto Cutugno, avait déjà remporté de grands succès dans les années 70, notamment en composant L’Eté Indien pour Joe Dassin, puis dans les années 80, notamment en chantant L‘Italiano. Un an auparavant, il s’était promis de remporter le concours et avait composé Insieme: 1992, avec cet objectif en tête.

Second incident : Lors de la première prestation, celle du groupe espagnol Azúcar Moreno, la production rencontra des difficultés avec la bande-son. Celle-ci prit plusieurs secondes avant de démarrer, puis débuta trop rapidement que pour permettre au chef d’orchestre espagnol de suivre le tempo. Les représentantes espagnoles, les sœurs Salazar, firent malgré tout leur entrée sur scène. Mais le retour musical de leur parvenant pas, elles quittèrent le podium après quelques instants, visiblement furieuses. Un long silence s’abattit sur la salle, qui fut rompu par les applaudissements du public. A la seconde tentative, la bande-son partit correctement et la prestation espagnole ne rencontra plus d’autre problème. Cet incident n’eut au final que peu d’impact, l’Espagne terminant cinquième.

Durant le vote, la caméra fit quelques plans sur les artistes à l’écoute des résultats. Apparurent essentiellement Toto Cutugno et Liam Reilly. Dans l’ordre de passage :

01 – Espagne – Azúcar MorenoBandido – 96 points – Classement : 5ème/22
02 – Grèce – Christos CallowHoris skopo – 11 points – Classement : 19ème/22
03 – Belgique – Philippe LafontaineMacédomienne – 46 points – Classement : 12ème/22
04 – Turquie – KayahanGözlerinin hapsindeyim – 21 points – Classement : 17ème/22
05 – Pays-Bas – MaywoodIk wil alles met je delen – 25 points – Classement : 15ème/22
06 – Luxembourg – Céline Carzo Quand je te rêve – 38 points – Classement : 13ème/22
07 – Royaume-Uni – EmmaGive a Little Love Back to the World – 87 points – Classement : 6ème/22
08 – Islande – StjórninEitt lag enn – 124 points – Classement : 4ème/22
09 – Norvège – Ketil StokkanBranderburger Tor – 8 points – Classement : 21ème ex aequo/22
10 – Israël – RitaShara Barkhovot – 16 points – Classement : 18ème/22
11 – Danemark – Lonnie DevantierHallo, hallo – 64 points – Classement : 8ème/22
12 – Suisse – Egon EgemannMusik klingt in die Welt hinaus – 51 points – Classement : 11ème/22
13 – Allemagne – Chris Kempers & Daniel Kovac Frei zu leben – 60 points – Classement : 9ème/22
14 – France – Joëlle UrsullWhite and Black Blues – 132 points – Classement : 2ème/22
15 – Yougoslavie – TajciHajde da ludujemo – 81 points – Classement : 7ème/22
16 – Portugal – NuchaHà sempre alguém – 9 points – Classement : 20ème/22
17 – Irlande – Liam ReillySomewhere in Europe – 132 points – Classement : 2ème/22
18 – Suède – EdinÅdahlSom en vind – 24 points – Classement : 16ème/22
19 – Italie – Toto Cutugno – Insieme: 1992 – 149 points – Classement : 1er/22
20 – Autriche – SimoneKeine Mauern mehr – 58 points – Classement : 10ème/22
21 – Chypre – AnastazioMilas poli – 36 points – Classement : 14ème/22
22 – Finlande – BeatFri? – 8 points – Classement : 21ème ex aequo/22

Le vote fut décidé entièrement par un panel de jurys nationaux. Les différents jurys furent contactés par téléphone, selon l’ordre de passage des pays participants. Chaque jury devait attribuer dans l’ordre 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10 et 12 points à ses dix chansons préférées. Les points furent énoncés dans l’ordre ascendant, de un à douze.

Le scrutateur délégué sur place par l’UER fut Frank Naef. Il échangea quelques mots avec Oliver Mlakar :
Oliver Mlakar : Alors, comment s’est passée votre collaboration avec Zagreb ?
Frank Naef : Bien, très très bien. Et je dois vraiment vous remercier et remercier Televizija Zagreb pour l’excellence de son travail, de sa gentillesse et de sa sympathie tout au court de cette semaine. Merci.

La procédure ne connut qu’un seul hiatus, lorsque fut venu le tour du porte-parole italien de communiquer les résultats de son pays. L’échange avec Oliver Mlakar fut confus :
Oliver Mlakar : Maintenant, nous passons au jury italien. Bonsoir, Rome. Buona sera, Roma. […] Buona sera.
Porte-parole italien : Bonsoir, Zagreb.
Oliver Mlakar : Bonsoir.
Porte-parole italien : Voici les ré… résultats du jury espagnol.
Oliver Mlakar : Non pas italien ?
Porte-parole italien : Un point pour Luxembourg
Oliver Mlakar : C’est le jury italien, n’est-ce pas ? Pardon ?
Porte-parole italien :
Oliver Mlakar : C’est l’Italie que nous allons appeler, que nous avons appelé.
Porte-parole italien : Deux points pour les Pays-Bas.
Le scrutateur intervint alors :
Frank Naef : Non. Stop, stop. Italie, would you… Pouvez-vous recommencer le vote depuis le début, s’il-vous-plaît ? A qui donnez-vous un point ?
Porte-parole italien : Trois points…
Frank Naef : Non ! Ne continuez… Ne continuez pas ! Recommencez le vote depuis le début !
Oliver Mlakar reprit le contrôle de la situation en s’adressant en italien au porte-parole. Celui-ci lui répondit qu’il y avait dû y avoir un problème technique. La procédure put alors continuer.
Dès le début, l’Italie prit la tête. Mais après le vote du jury islandais, elle fut dépassée par l’Irlande, qui mena ensuite durant le reste de la procédure. Cependant, après que le jury irlandais eut attribué ses « douze points » à l’Italie, celle-ci reprit la tête. Le dénouement fut apporté par le jury chypriote qui attribua « douze points » à l’Italie et aucun à l’Irlande.

Ce fut la deuxième victoire de l’Italie au concours. Toto Cutugno reçut le trophée de la victoire des mains de Goran Radman, producteur exécutif du concours. Il dédia sa victoire à tous ses amis chanteurs en Italie et plus particulièrement à Gigliola Cinquetti, qui avait remporté le concours en 1964. Il conclut par : « Per una Europa unita ! » Pour effectuer sa reprise, il descendit du podium et s’avança dans la salle, ce qui causa une certaine bousculade parmi le public.

Seconde controverse : Après le concours, la cheffe de la délégation française, Marie-France Brière, introduisit une plainte officielle auprès de l’UER. Elle accusa la télévision publique italienne d’avoir faussé les résultats en sa propre faveur, en ne recourant pas à un jury et en attribuant ses points de façon aléatoire. Elle en voulait pour preuve la confusion du porte-parole italien et l’absence de points attribués à la France et à l’Irlande, les deux plus dangereuses rivales de l’Italie lors du vote. Faute de preuves, la plainte fut classée sans suite.

 

Laisser un commentaire