Share
Eurovision 1966

Eurovision 1966

11ème Concours Eurovision : 1966

Le concours Eurovision de la chanson 1966 fut la onzième édition du concours. Il se déroula le samedi 5 mars 1966, à Luxembourg, au Grand-Duché de Luxembourg. Il fut remporté par l’Autriche, avec la chanson Merci, Chérie interprétée par Udo Jürgens.

Organisation : Le Luxembourg, qui avait remporté l’édition 1965, se chargea de l’organisation de l’édition 1966. Suite à la controverse de l’année précédente, l’UER introduisit de nouvelles règles. En effet, le concurrent suédois, Ingvar Wixell, avait interprété sa chanson en anglais et non en suédois. Désormais, les participants eurent l’obligation de chanter dans l’une des langues nationales de leur pays. En outre, il fut à nouveau permis à des experts musicaux de faire partie des jurys nationaux.

Pays Participants : Dix-huit pays participèrent au onzième concours. Il n’y eut ni retour, ni abstention, ni début. Ce fut la dernière fois que le Danemark participa au concours avant un hiatus de douze années. Le pays ne revint qu’en 1978.

Format : Comme en 1962, le concours eut lieu dans l’auditorium de la Villa Louvigny, siège de la télévision luxembourgeoise. Comme en 1962, l’orchestre était placé à gauche de la scène et le tableau de vote, à droite. Au centre, était réservé l’espace pour les artistes. Il se composait d’un escalier, partiellement dissimulé, et, en arrière-fond, de plusieurs mobiles, inspirés par le pop art. Ce fut la première fois de l’histoire du concours que le décor demeura en mouvement durant les prestations des artistes. Le programme dura près d’une heure et vingt-sept minutes. Pour la deuxième année consécutive, les répétitions furent interrompues par un incident, cette fois entre l’orchestre et la délégation italienne. Insatisfait de l’orchestration et excédé de ne pouvoir obtenir gain de cause, le représentant italien, Domenico Modugno, claqua la porte des répétitions. Il ne reparut plus ensuite, au point de mettre en question la participation de l’Italie. Le soir venu, Domenico Modugno revint pourtant et monta sur scène comme prévu pour interpréter sa chanson. La vidéo introductive montra différentes vues de Luxembourg la nuit, en terminant par une vue extérieure de la Villa Louvigny. L’orchestre joua la partition de la chanson gagnante de l’année précédente, Poupée de cire, poupée de son. La caméra montra ensuite une vue de l’orchestre et conclut par un gros plan sur France Gall.

La présentatrice de la soirée fut Josiane Chen. Elle s’exprima essentiellement en français, rarement en anglais. Elle conclut sa première intervention par ces mots : « J’ai l’honneur de déclarer ouvert le Grand Prix Eurovision de la Chanson 1966. » L’orchestre était dirigé par Jean Roderès. Le spectacle d’entracte fut fourni par le groupe Les Haricots Rouges. Ils interprétèrent plusieurs morceaux de jazz.

Chansons : Dix-huit chansons concoururent pour la victoire. La représentante danoise, Ulla Pia, se fit accompagner sur scène par deux danseurs. Ce fut une première dans l’histoire du concours. La représentante norvégienne, Åse Kleveland, fut la première artiste féminine de l’histoire du concours à porter un pantalon sur scène. Elle-même et la représentante suédoise, Lill Lindfors, présentèrent par la suite le concours, respectivement en 1986 et 1985. Pour la troisième année consécutive, le représentant autrichien, Udo Jürgens, s’accompagna lui-même au piano. Sa constance et sa composition personnelle lui permirent enfin de remporter le grand prix. Le représentant français, Dominique Walter, fut le seul concurrent à s’accompagner de choristes. La représentante néerlandaise, Milly Scott, fut la première artiste d’origine surinamaise et aussi la toute première artiste
noire à participer au concours. Elle fut aussi la première artiste de l’histoire du concours à utiliser un micro portable.
Durant sa prestation, elle fut accompagnée sur scène par deux guitaristes mexicains en costume traditionnel, afin d’illustrer le thème de sa chanson. Enfin, le représentant britannique, Kenneth McKellar, fut le premier artiste masculin de l’histoire du concours à porter un kilt sur scène.Dans l’ordre de passage :

1 -Allemagne – Margot Eskens Die Zeiger der Uhr – 7 points – Classement : 10ème/18
2 – Danemark – Ulla PiaStop, mens legen er – 4 points – Classement : 14ème/18
3 – Belgique – Tonia Un peu de poivre, un peu de sel – 14 points – Classement : 4ème/18
4 – Luxembourg – Michèle TorrCe soir je t’attendais – 7 points – Classement : 10ème/18
5 – Yougoslavie – Berta AmbrožBrez besed – 9 points – Classement : 7ème/18
6 – Norvège – Åse KlevelandIntet er nytt under solen – 15 points – Classement : 3ème/18
7 – Finlande – Ann ChristinePlayboy – 7 points – Classement : 10ème/18
8 – Portugal – Madalena IglesiasEle e Ela – 6 points – Classement : 13ème/18
9 – Autriche – Udo Jürgens – Merci, Chérie – 31 points – Classement : 1ème/18

10 – Suède – Lill Lindfors & Svante ThuressonNygammal vals Valse – 16 points – Classement : 2ème/18
11 – Espagne – Raphael Yo soy aquél – 9 points – Classement : 7ème/18
12 – Suisse – Madeleine PascalNe vois-tu pas – 12 points – Classement : 6ème/18
13 – Monaco – TerezaBien plus fort – 0 point – Classement : 17ème ex aequo/18
14 – Italie – Domenico ModugnoDio, come ti amo – 0 point – Classement : 17ème ex aequo/18
15 – France – Dominique Walter Chez nous – 1 point – Classement : 16ème/18
16 – Pays-Bas – Milly ScottFernando en Philippo – 2 points – Classement : 15ème/18
17 – Irlande – Dickie RockCome Back to Stay – 14 points – Classement : 4ème/18
18 – Royaume-Uni – Kenneth McKellar A Man Without Love – 8 points – Classement : 9ème/18

Le vote fut décidé entièrement par un panel de jurys nationaux. Les différents jurys furent contactés par téléphone, selon l’ordre de passage des pays participants. Le système de vote employé était identique à celui de l’année précédente. Les jurys se composaient de dix personnes. Chaque juré disposait de trois votes. Il pouvait attribuer ceux-ci aux trois chansons qu’il estimait les meilleures. Il pouvait également les attribuer à une seule ou à deux chansons. Les votes des jurés étaient ensuite additionnés. Les trois chansons ayant obtenu le plus de votes obtenaient un, trois et cinq votes de la part du jury. Si une seule chanson recevait tous les votes des jurés, elle obtenait neuf votes. Si deux chansons seulement se partageaient tous les votes des jurés, elles obtenaient trois et six votes. Les résultats des votes furent annoncés oralement, selon l’ordre croissant des votes : un, trois puis cinq votes. Le scrutateur délégué sur place par l’UER fut pour la première fois, Clifford Brown. Le tableau de vote indiquant les résultats sous forme de flèches graduées fut abandonné et les votes furent à nouveau indiqués sous forme de chiffres. Seule la porte-parole du jury espagnol se trompa dans l’annonce des résultats : elle énonça les votes de l’Espagne dans l’ordre décroissant. Elle ne fut pas reprise par le scrutateur. Josiane Chen provoqua un quiproquo malgré elle. Elle salua le porte-parole britannique de ces mots : « Good night, London ! » Réalisant son erreur, elle se reprit : « No ! Good evening, London ! » Mais le porte-parole lui répondit alors : «Good morning, Luxemburg !», suscitant l’hilarité de Josiane Chen et du public. L’Autriche mena le vote du début à la fin.

Pour la toute première fois, le public hua des porte-paroles : celui de la Norvège (qui attribua un vote à la Finlande, trois au Danemark et cinq à la Suède) et celui de la Finlande (qui attribua un vote à la Yougoslavie, trois au Danemark et cinq à la Suède). Il semble que le vote «en bloc» des pays scandinaves ait particulièrement déplu. La représentante suédoise, Lill Lindfors, demeura persuadée qu’elle dut sa deuxième place à une conspiration entre les jurys danois, finlandais, norvégien et suédois, afin de mettre fin à la suprématie des pays francophones. L’Autriche remporta le concours pour la première fois, obtenant à quatre reprises la note maximale. Seuls neuf des dix-huit pays participants lui attribuèrent des votes. Pour la toute première fois, une chanson en allemand remporta le grand prix. Ce fut France Gall qui remit la médaille du grand prix à Udo Jürgens. Celui-ci commença sa reprise sur ces mots : «Merci, Jurys !». Deux pays ne reçurent aucun vote et terminèrent dernier avec « nul point ». Il s’agit de l’Italie et de Monaco.

 

Laisser un commentaire