Share
Eurovision 1963

Eurovision 1963

8ème Concours Eurovision : 1963

Le concours Eurovision de la chanson 1963 fut la huitième édition du concours. Il se déroula le samedi 23 mars 1963, à Londres, au Royaume-Uni. Il fut remporté par le Danemark, avec la chanson Dansevise, interprétée par Grethe et Jørgen Ingmann.

Organisation : La France, qui avait remporté l’édition 1962, ne put organiser le concours cette année-là, suite à des difficultés financières. Comme en 1960, ce furent le Royaume-Uni et la BBC qui se chargèrent de l’organisation.

Pays Participants : Seize pays participèrent au huitième concours. Il n’y eut ni abstention, ni retour, ni début.

Format : Le concours eut lieu au Television Centre de la BBC, inauguré en 1960. Pour la première fois de l’histoire du concours, deux salles distinctes furent employées.
Dans la première, se trouvaient la présentatrice, le public et le tableau de vote. Dans la seconde, les artistes et l’orchestre. Le décor de la première salle se composait d’un escalier flanqué de pilastres dorés et de vastes miroirs. Le tableau de vote était placé à la droite de la scène. Le décor de la seconde salle se composait d’un sol fait de plusieurs podiums hexagonaux de tailles différentes. À cela, s’ajoutaient un escalier, un portique et d’autres accessoires, descendus des cintres entre les prestations.
La nouveauté technique majeure de l’édition 1963 (expliquant le recours à deux salles distinctes) fut l’emploi de microphones suspendus. Ceux-ci, invisibles à l’écran, permirent une plus grande liberté de mouvements aux artistes et une mise en scène plus élaborée.
Chaque artiste eut ainsi droit à une présentation personnalisée. Cette technique donna lieu à une rumeur tenace mais inexacte : les artistes auraient enregistré leurs prestations à l’avance et n’auraient donc pas chanté en direct. Pour la première fois, des effets visuels furent employés pour mettre en valeur les artistes : gros plans, travellings, surimpressions des images et filtres animés. Également, pour la toute première fois, un ventilateur fut utilisé.
Le programme dura près d’une heure et trente-cinq minutes.La vidéo introductive débuta par la présentation des noms des pays participants dans le logo de l’Eurovision. Il y en eut ensuite plusieurs vues extérieures du Television Center. Une dernière vue aérienne du bâtiment fut suivie d’une vue de la première salle et du public.
Comme en 1960, la présentatrice de la soirée fut Katie Boyle et le chef d’orchestre, Eric Robinson. Après les salutations d’usage, Katie Boyle appela les artistes chacun à leur tour. Ils descendirent l’escalier de la première salle et vinrent saluer le public. Chaque chanson fut introduite par une vue sur une carte de l’Europe. Une ampoule lumineuse, placée à l’endroit de la capitale, indiquait le pays participant. Le nom de celui-ci, de la chanson et des artistes apparaissaient ensuite en surimpression sur la carte. Le spectacle d’entracte fut fourni par Ola et Barbro. Il consista en différentes acrobaties, exécutées par les deux artistes sur leur vélo.

Chansons : Seize chansons concoururent pour la victoire. Quatre artistes francophones lancèrent cette année-là leur carrière à l’international : Alain Barrière qui représentait la France ; Françoise Hardy, Monaco ; Nana Mouskouri, le Luxembourg et Esther Ofarim, la Suisse. Pour la toute première fois de l’histoire du concours, deux artistes se présentèrent sur scène, accompagnés. Le représentant anglais, Ronnie Carroll, était entouré de trois jeunes femmes, qui lui servirent de choristes, autre grande première. Le représentant français, Alain Barrière, adressa quant à lui sa chanson à une figurante, afin de mieux en illustrer le thème. Dans l’ordre de passage

1 – Royaume-Uni – Ronnie CarrollSay Wonderful Things – 28 points – Classement : 4ème/16
2 – Pays-Bas – Annie PalmenEen speeldoos – 0 point – Classement : 13ème ex aequo/16
3 – Allemagne – Heidi BrühlMarcel – 5 points – Classement : 9ème/16
4 – Autriche – Carmella CorrenVielleicht geschieht ein Wunder – 16 points – Classement : 7ème/16
5 – Norvège – Anita ThallaugSolhverv – 0 point – Classement : 13ème ex aequo/16
6 – Italie – Emilio Pericoli Uno per tutte – 37 points – Classement : 3ème/16
7 – Finlande – Laila HalmeMuistojeni Laulu – 0 point – Classement : 13ème ex aequo/16
8 – Danemark – Grethe & Jørgen Ingmann – Dansevise – 42 points – Classement : 1er/16

9 – Yougoslavie – Vice Vukov Brodovi – 3 points – Classement : 11ème/16
10 – Suisse – Esther OfarimT’en va pas – 40 points – Classement : 2ème/16
11 – France – Alain Barrière Elle était si jolie – 25 points – Classement : 5ème/16
12 – Espagne – José GuardiolaAlgo Prodigioso – 2 points – Classement : 12ème/16
13 – Suède – Monica ZetterlundEn gång i Stockholm – 0 points – Classement :13ème/16
14 – Belgique – Jacques RaymondWaarom? – 4 points – Classement : 10ème/16
15 – Monaco – Françoise HardyL’amour s’en va – 25 points – Classement : 5ème/16
16 – Luxembourg – Nana Mouskouri A force de prier – 13 points – Classement : 8ème/16

Le vote fut décidé entièrement par un panel de jurys nationaux. Les différents jurys furent contactés par téléphone, selon l’ordre de passage des pays participants. Un nouveau système de vote fut introduit. Les jurys se composaient désormais de vingt personnes. Chaque juré attribuait un, deux, trois, quatre et cinq votes aux cinq chansons qu’il estimait les meilleures. Les votes des jurés étaient ensuite additionnés.
Les cinq chansons ayant obtenu le plus de votes obtenaient un, deux, trois, quatre et cinq votes de la part du jury. Les résultats des votes furent annoncés oralement, selon l’ordre de passage des candidats. Le déroulement du vote rencontra plusieurs problèmes et causa une controverse majeure dans l’histoire du concours. Les porte-parole nationaux devaient en effet annoncer dans l’ordre : le numéro d’ordre de passage de la chanson, le nom du pays correspondant et finalement les votes qui lui étaient attribués.
Le porte-parole du jury norvégien, Roald Øyen, ne respecta pas la procédure et se trompa dans ses énoncés. Il attribua successivement 5 votes au Royaume-Uni, 4 votes à l’Italie, 3 votes à la Suisse, 2 votes au Danemark et 1 vote à l’Allemagne, tout en confondant les ordres de passage. Il fut repris par Katie Boyle, qui le pria de répéter les résultats dans l’ordre correct. Roald Øyen demanda alors d’être rappelé à la fin du vote, après que tous les autres pays aient été contactés.
Le porte-parole du jury espagnol ne respecta pas plus les consignes. Il annonça successivement 5 votes pour le Royaume-Uni, 4 votes pour la Suisse, 3 votes pour l’Italie, 2 votes pour la Yougoslavie et 1 vote pour la France. Il ne fut cependant pas repris par Katie Boyle, ayant du moins respecté l’énoncé des ordres de passage.
Le porte-parole du jury monégasque commit, quant à lui, une erreur. Il attribua 1 vote au Royaume-Uni et 1 vote au Luxembourg. Il ne fut pas repris sur le moment par Katie Boyle.
À cet instant de la soirée, la Suisse était en tête avec 42 votes et le Danemark, deuxième avec 40 votes.
Mais, lorsque vint son tour de reprendre la parole, Roald Øyen lut des résultats différents de ceux énoncés précédemment. Il attribua successivement 5 votes au Royaume-Uni, 2 votes à l’Allemagne, 3 votes à l’Italie, 4 votes au Danemark et 1 vote à la Suisse.
Les résultats furent corrigés sur le tableau. Le Danemark obtint ainsi 42 votes et la Suisse, 40. Le téléphone placé à côté de Katie Boyle se mit alors à sonner. Elle reçut l’ordre de rappeler le jury monégasque. Le porte-parole redonna les mêmes résultats, excepté le vote de trop attribué au Luxembourg, qui fut soustrait. Il s’avéra par la suite que les résultats du jury norvégien n’étaient pas prêts lorsqu’il fut appelé par Katie Boyle.
Son président était encore occupé à additionner les votes des jurés. Pris de cours, Roald Øyen aurait lu des résultats provisoires. Le Danemark remporta le concours pour la première fois, obtenant à cinq reprises la note maximale. Seuls l’Espagne, la France, Monaco et la Yougoslavie ne lui attribuèrent aucun vote. Pour la deuxième fois, quatre pays ne reçurent aucun vote et terminèrent dernier avec « zéro point ». Il s’agit de la Finlande, de la Norvège, des Pays-Bas et de la Suède. Les Pays-Bas devinrent le premier pays de l’histoire du concours à obtenir « zéro point », deux années de suite.

 

Laisser un commentaire