Share
Eurovision 1957

Eurovision 1957

2ème Concours Eurovision : 1957

Le concours Eurovision de la chanson 1957 fut la deuxième édition du concours. Il se déroula le dimanche 3 mars 1957, à Francfort-sur-le-Main, situé alors en République Fédérale d’Allemagne. Il fut remporté par les Pays-Bas, avec la chanson Net Als Toen, interprétée par Corry Brokken.

Organisation : La Suisse ne souhaita pas organiser le concours pour la seconde année consécutive et c’est donc l’Allemagne qui se chargea de l’organisation de l’édition 1957. La règle, voulant que le pays gagnant organise le concours l’année suivante, n’était pas officiellement entrée en vigueur.
Il était admis alors que le concours serait organisé à tour de rôle par les pays participants. De nouvelles règles furent introduites. Ainsi, les pays participants ne purent présenter qu’une seule et unique chanson. En revanche, des duos furent admis à concourir. Il fut également décidé que la procédure de vote devienne part intégrale du spectacle. Les jurys seraient désormais contactés par téléphone et donneraient leurs résultats en direct. Cette règle continue à être appliquée aujourd’hui.

Pays Participants : Dix pays participèrent au deuxième concours. L’Autriche, le Danemark et le Royaume-Uni firent leurs débuts, après avoir manqué l’édition 1956. La Suède ne participa pas au concours, mais le diffusa pourtant. Le pays fit ses débuts l’année suivante. Par ordre de passage :

1 – Belgique – Bobbejaan SchoepenStraatdeuntje – 5 points – classement : 8ème/10
2 – Luxembourg – Danièle DupréAmours mortes (Tant de peine) – 8 points – classement : 4ème/10
3 – Royaume-Uni – Patricia BredinAll – 6 points – classement : 7ème/10
4 – Italie – Nunzio GalloCorde della mia chitarra – 7 points – classement : 6ème/10
5 – Autriche – Bob MartinWohin, kleines Pony? – 3 points – classement : 10ème/10
6 – Pays-Bas – Corry Brokken – Net als toen – 31 points – 1ère/10

7 – Allemagne –Margot HielscherTelefon, Telefon – 8 points – classement : 4ème/10
8 – France – Paule DesjardinsLa belle amour – 17 points – classement : 2ème/10
9 – Danemark – Birthe Wilke & Gustav WincklerSkibet skal sejle i nat – 10 points – classement : 3ème/10
10 – Suisse – Lys Assia – L’enfant que j’étais – 5 points – classement : 8ème/10

Le concours eut lieu dans la Großer Sendesaal des Hessischen Rundfunks, studio de télévision servant aujourd’hui de salle de concert. La scène était séparée en trois parties : l’orchestre à gauche, les artistes au centre, le tableau de vote à droite. Le décor derrière les artistes avait la forme d’une gigantesque harpe.
Artistes et chefs d’orchestre entraient et sortaient via un escalier aboutissant entre l’orchestre et la harpe. Le thème de chaque chanson était symbolisé par un arrière-fond différent placé entre les hampes de la harpe. L’orchestre était dirigé par Willy Berking. Le programme dura près d’une heure et dix minutes. La présentatrice de la soirée fut l’actrice allemande Anaid Iplicjian. Elle s’exprima en allemand durant toute la soirée, avec quelques exceptions durant le vote. Elle introduisit chaque chanson, en expliquant sa signification.

Les chansons : La chanson anglaise durait 1 minute et 52 secondes, la plus courte jamais présentée au concours. A l’opposé, la chanson italienne durait 5 minutes et 9 secondes, la plus longue jamais présentée au concours. Il fut ensuite décidé de modifier le règlement et de fixer une durée obligatoire pour chaque chanson : trois minutes au maximum. Cette règle est toujours en vigueur.

La représentante allemande, Margot Hielscher, fut la première artiste de l’histoire du concours à recourir à un accessoire, en l’occurrence un téléphone, placé sur scène à côté d’elle. Margot Hielscher le décrocha dès les premières notes de sa chanson, justement intitulée Telefon, Telefon. Elle tint ensuite le cornet en main durant toute sa prestation, s’adressant à un correspondant imaginaire.

Suite à la modification du règlement, les représentants danois, Gustav Winckler et Birthe Wilke, furent le premier duo à concourir. Ils furent les premiers participants de l’histoire du concours à s’habiller en fonction du thème de leur chanson. Gustav Winckler portait un imperméable et une casquette de marin ; Birthe Wilke, un manteau et un bonnet de mousse. A la fin de leur prestation, ils échangèrent le plus long baiser de l’histoire du concours : 11 secondes.

Un membre de l’équipe de production aurait dû leur adresser un signe pour y mettre fin, mais oublia de le faire. Il n’y eut pas de spectacle d’entracte. (photo : Corry Brokken)

Les votes : Le vote fut décidé entièrement par un panel de jurys nationaux. Comme décidé, les jurés ne firent pas le déplacement jusqu’à Francfort. Ils furent contactés par téléphone, par Anaid Iplicjian et une assistante, selon l’ordre inverse de passage des pays participants. Chaque jury se composait de dix personnes. Chaque juré attribuait un vote à la chanson qu’il estimait la meilleure.

Le principal changement de l’édition 1957 fut l’introduction de la règle interdisant formellement aux jurés de voter pour la chanson de leur pays. Cette règle est toujours en vigueur depuis.

Les résultats des votes furent annoncés oralement pour la première fois, selon l’ordre de passage des candidats. Pour ce faire, une table, deux chaises et deux téléphones furent apportés sur scène et placés devant la harpe. L’arrière-fond de celle-ci montrait désormais une carte d’Europe, avec les noms des pays participants. La sonnerie des téléphones annonça que les porte-paroles étaient en ligne. Anaid Iplicjian et son assistante répétèrent à haute voix les votes des jurys. (photo : Lys Assia)

Les connexions ne furent pas toujours immédiates, forçant Anaid Iplicjian à répéter à de nombreuses reprises « Allo ? Allo ? ».

Laisser un commentaire