Share
En direct de Lisbonne : Répétitions du 29 avril – la République Tchèque et la Bulgarie assurent !

En direct de Lisbonne : Répétitions du 29 avril – la République Tchèque et la Bulgarie assurent !

Il y avait déjà une longue file d’attente devant l’accès press & fans du press center, quand une partie de l’équipe de concours-eurovision.com est arrivée vers 9h15. Il fallait cependant attendre sous la pluie et le froid que les membres de la presse puissent entrer. Qui aurait pu penser que ce concours lisboète qu’on imaginait chaud et ensoleillé serait finalement frais et pluvieux ?

L’accès au graal s’est fait peu après 9h30 et tout le monde s’est engouffré. Avec un seul portique de sécurité, on se dit qu’il faudra être très patient… Une fois la sécurité un peu débordée passée, nous sommes entrés dans le centre de presse. Il est petit, très petit… On se doutait qu’il le serait, vu que le nombre d’accrédités avait été diminué de moitié par rapport à l’an dernier, mais à ce point, sans doute pas. Et il est déjà bien rempli. La plupart des médias et webmédias Eurovision sont arrivés. Ça promet pour la seconde semaine !

Situé au bord du Tage il est constitué de plusieurs blocs ou bâtiments séparés : le centre de presse proprement dit, la salle des conférences, les salles d’interviews, le restaurant. On va pas mal marcher cette année ! Et ce sont les premières files d’attente, d’abord pour récupérer son numéro de pigeon hole, et ensuite pour s’inscrire pour les interviews.

À peine arrivés, tout le monde lève les yeux car à dix heures pile commence la première répétition, sans le son, comme d’habitude, qui est arrivé une minute après les images.

Au programme de dimanche 29 avril : l’Azerbaïdjan, l’Islande, l’Albanie, la Belgique, la République Tchèque, la Lituanie, Israël, le Bélarus, l’Estonie et pour finir, la Bulgarie !

Azerbaïjan :

Cette année, c’est l’Azerbaïdjan qui ouvre le bal des répétitions ! Une prestation bien rodée, comme on pouvait s’y attendre. Aisel débute seule sur la grande scène sur laquelle sont disposés des petits iceberg. Elle est rapidement rejointe par quatre choristes-danseurs. Ils sont tous de blanc vêtus, ce qui rappelle la prestation gagnante de l’édition 2011 du concours, avec Ell et Nikki, également représentants de l’Azerbaïdjan. Le visuel est très efficace, dans des tons bleus et blancs et des paillettes sont incrustées dans l’image, donnant une dimension onirique. La voix d’Aisel est bien placée. On sent qu’il y a eu un bon travail de préparation !

Islande :

Toujours souriant, Ari Olafsson est vêtu d’un costume blanc et rouge, comme on le faisait dans les années 1970. Cinq choristes l’accompagnent et une nappe de brouillard envahit la scène. La voix de l’artiste est présente, mais ça, on n’en doutait pas ! Il semble très heureux d’interpréter son titre.

Albanie :

Eugent Bushpepa débute sa prestation dans la pénombre. On découvre, au fur et à mesure, ses deux guitaristes (dont un qui a un double manche), un batteur et deux choristes. L’ensemble est très rock : clous, piercings, tatouages et chevelures abondantes ! On reste dans une grande sobriété : un artiste entouré de son groupe !

Belgique :

Très attendue, Sennek débute sa prestation dans une salle de presse silencieuse. Tout le monde à les yeux rivés sur les écrans. On commence par un gros plan sur ses yeux avant qu’on ne la découvre, seule sur scène, vêtue d’une longue robe noire en tulle. Une prestation d’une grande sobriété.

République Tchèque :

Chemise blanche, nœud papillon, lunettes et sac à dos, Mikolas Joseph apparaît comme dans son clip. Il s’implique beaucoup dans la mise en scène en réglant lui-même quelques ajustements dès sa première répétition. Il est accompagné de deux danseurs de hip-hop et de deux choristes femmes qui n’apparaissent pas à l’image.
Un petit tour de passe-passe de son sac-à-dos avec ses danseurs et Mikolas Joseph termine avec un saut périlleux, comme le candidat lithuanien de 2016, Donny Montell, mais sans trampoline. Le tout est très dynamique. Pas mal de calages restent encore à faire, mais la prestation ne peut que s’améliorer !

Lituanie :

Ieva Zasimauskaite apparaît de dos, assise au centre de la scène. Sa prestation est ponctuée d’images animées de couples âgés, de jeunes enfants et de familles, incrustées à l’écran. Elle est même rejointe à la fin par son mari ! Une prestation toute en douceur.

Israël :

Netta Barzilai s’impose telle une électro-Geisha, derrière son fameux looper, entourée de deux armoires remplies de Maneki-neko (chats porte-bonheurs japonais). Trois danseuses-choristes, vêtues de justaucorps, se dandinent comme dans le clip. La prestation n’est pas aboutie, mais on ne doute pas que la chanteuse israélienne sera au point le Jour-J !

Bélarus :

Une mise en scène très surprenante, romantique et fleurie pour Alekseev, ce qui a beaucoup amusé la salle de presse. Le biélorusse joue avec une rose, une jeune femme avec un arc lui transperce la main avec une rose, une envolée de pétales de roses inonde l’écran, et pour finir… on découvre son dos blessé, recouvert de roses !

Estonie :

La prestation de Elina Netsajeva est identique à celle de la finale nationale estonienne. Des images dans les tons bleus, blancs et fleuris sont projetées sur sa gigantesque robe. La mise en scène rappelle celle d’Aliona Moon, candidate Moldave de 2013.

Bulgarie :

Le groupe Equinox clôt cette première journée de répétitions. Comme dans leur clip, l’univers est sombre et d’une grande sobriété. Les cinq artistes sont tous de noir vêtus, ce qui tranche avec la perruque blond platine à la Sia et le rouge-à-lèvres rouge carmin de la chanteuse Zhana Bergendorff . Les harmonies sont justes et on ne doute pas que la Bulgarie fera un bon parcours !

Et ci-dessous, l’avis de quelques journalistes du centre de presse après avoir visionné les 10 premières prestations :

Laisser un commentaire