Share
Destination Eurovision 2018 – Le Bilan de la finale

Destination Eurovision 2018 – Le Bilan de la finale

Si les demi-finales de Destination Eurovision furent fabuleuses, la finale du 27 février en direct sur France 2 a été éblouissante. C’est à un Eurovision très frenchie avec tous les ingrédients du concours (qualité de la réalisation, très bon niveau des chanson, performances remarquables, public en liesse, le speach de Jon Ola Sand, sans oublier le suspense final), auquel nous avons eu droit.

La collaboration entre France 2 et ITV Studios France nous a proposé un show qui va au delà de nos espérances les plus folles. On ne comprendrait pas que l’on ne reparte pas pour une seconde édition en 2019.

Quel bilan tirer de cette finale ? Globalement Garou a été un bon présentateur sérieux et enthousiasste à la fois. Il peut y avoir ça et là de petites choses à améliorer, mais on peut le considérer bon pour le service pour 2019. Les trois jurés français (Amir a été remplacé par Alma) étaient toujours présents, mais leur avis étant purement consultatif sa durée a été réduite et c’est pas plus mal.

Pour chaque artiste deux clips vidéos introduisaient le duo de l’artiste avec son parrain et sa prestation. Le premier clip reprenait le portrait du candidat et le second présentait le bilan de sa prestation de demi-finale et comment il comptait l’améliorer, l’accent étant mis cette fois sur la mise en scène.

Premier à monter sur scène Louka a été écrasé lors du duo par le talent, la présence et la voix de son parrain Maitre Gims lorsqu’ils ont repris ensemble Caméléon le nouveau single de la star. Pour sa prestation Louka était accompagné de deux danseurs ce qui a donné un peu plus de rythme à un titre qui reste malgré tout assez peu mémorisable. Louka a terminé dernier de cette finale. Mais pouvait-il en être autrement pour celui qui a récupéré son ticket en finale de justesse ? Mais il reste un jeune chanteur qui doit travailler et poursuivre ses efforts;

 

 

Le choix du parrain d’Igit, Alain Souchon, était approprié tant les deux chanteurs semblaient complices pour la reprise de L’amour à la machine. Quant à la prestation d’Igit elle a gagné en poésie grâce à un petit Pinocchio (manipulé par trois marionnettistes) qui accompagnait le candidat sur scène. Une très jolie réussite pour Igit qui nous a ainsi proposé une prestation de haut-niveau qui aurait fait son effet à l’Eurovision.

 

 

 

C’est d’abord avec son parrain Slimane que nous avons retrouvé Emmy Liyana pour leur reprise de Nous on s’aime le dernier single de Slimane. Ensuite Emmy nous a proposé une éblouissante prestation où elle était accompagnée de trois sosies qui ont lui donné le cachet qui manquait par rapport à ce qu’on avait vu en demi-finale. C’était tout bonnement sublime. Et ça avait sa place à l’Eurovision.

 

 

 

Leur reprise de Reine, le tube du moment, avec Dadju son interprète nous a rappelé que Madame Monsieur collabore régulièrement avec des artistes de la pop urbaine française. Alors qu’ils étaient séparés de chaque côté de la scène en demi-finale, Emilie et Jean-Karl étaient cette fois réunis sur une estrade rouge pour leur prestation de Mercy, qui fut un cocktail à la fois, sobre, émouvant et digne. Le mouvement des bras du public accompagnant le dernier refrain fut un grand moment et a sans doute contribué au succès du duo au télévote. Mais si Emilie a chanté avec Jean-Karl, ils n’ont pas chanté ensemble. C’est un point qu’il faudra travailler pour Lisbonne tout comme le mouvement d’Emilie sur la scène.

 

La reprise de Zombie des Cranberries par Lisandro Cuxi accompagné de Nolwenn Leroy aura permis de rendre hommage à Dolores O’Riordan, la chanteuse du groupe irlandais, décédée récemment. Si la prestation de Lisandro en finale fut tout aussi réussie qu’en demi-finale on n’a pas senti de progression comme pour d’autres candidats. Le jeune franco-portugais était accompagné pour l’occasion de deux danseurs et d »une figurante sortant des écrans disposés derrière la scène sur laquelle l’image de la jeune fille apparaissait de temps en temps. Si Lisandro peut légitimement se sentir déçu il ne doit pas de décourager. A 18 ans c’est déjà un artiste talentueux qui a tout son avenir devant lui. Reviens nous vite Lisandro et n’oublie pas que Conchita Wurst, Mans Zelmerlow ou Jamala ont fait plusieurs tentatives pour représenter leur pays au concours … et le remporter !

 

Patrick Fiori a été un parrain très prévenant pour Max Cinnamon. Ce jeune garçon encore inconnu il y a un mois a été la bonne surprise et sans doute le plus prometteur artiste en devenir de cette sélection française. Ils nous a gratifié à nouveau d’une prestation efficace mais aussi très simple. Il manquait cependant à Ailleurs un refrain plus fort et surtout plus mémorisable.

 

 

La reprise de célèbres refrains de leurs succès avec les Gipsy Kings par Nassi a montré que ce dernier auteur-compositeur de talent symbolise bien cette pop urbaine métissée qui puise ses influences aux quatre coins des rivages méditerranéens. Rêves de gamin est resté en finale ce titre pop qu’on avait découvert en demi-finale et qui est dans la veine de La vie est belle son grand succès de 2017. On sentait en finale Nassi mieux coordonné dans ses mouvements et plus assuré dans sa voix qu’en demi-finale. On espère le retrouver bientôt dans une prochaine sélection nationale.

 

 

Il a d’abord commencé avec sa reprise de leur succès Siren calls avec les Cats On Tree. Puis il s’est lancé sur une très grande prestation de son titre Ciao. C’était superbe, et cette fois Malo’ n’est pas resté dans son monde, il s’est ouvert à son public et ça s’est vu. Grâce aux 21% de suffrages accordés par le public qui l’a classé second, le jeune chanteur a réalisé une superbe progression dans la dernière ligne droite de la cérémonie des votes. Cela confirme le potentiel tubesque de Ciao et à n’en pas douter s’est toute l’Europe qui pourrait succomber à ce titre.

 

 

La cérémonie des votes a tenu toutes ses promesses avec beaucoup d’intensité et un suspense ultime lors de l’annonce des derniers scores, ceux du télévote. Les 420 points accordés par les jurés étrangers sont partis dans tous les sens. Même si c’est Lisandro Cuxi qui menait à mi-parcours avec 90 points, son avance n’était que de 8 points sur Emmy et 22 points sur Madame Monsieur. Restaient 420 points à attribuer par le public, au pourcentage des appels du télévote. Sachant que 5% correspondaient à 21 points on imagine que tout pouvait être remis en question. Ce qui est arrivé. Emmy Liyana n’ayant récolté que 30 points (6ème au télévote) est distancée. Et alors qu’on s’attend à un duel final Lissandro / Madame Monsieur, le jeune franco-portugais ne termine que troisième du télévote avec moins de 20% des voix et juste 72 points. Ce sont les noms de Malo’ (avec 89 points) et de Madame Monsieur (118 points) qui sont annoncés. Madame Monsieur remporte ainsi Destination Eurovision avec 186 points devant Lisandro Cuxi avec 162 points, Malo’ accroche in-extrémis la 3ème place.

La seule déception de la soirée est l’audience puisque Destination Eurovision est 4ème de la soirée avec 1,7 millions de téléspectateurs et 8,9% d’audience mais des pontes à plus de trois millions lors des votes. C’est TF1 qui est leader avec le lancement de la septième saison de The Voice, la plus belle voix avec 6,38 millions de téléspectateurs et 30,7% du public, mais c’est le plus mauvais démarrage pour l »émission phare de la une. Suivent France 3 avec la série Cassandre (4 millions de téléspectateurs et 33,8% du public) et M6 avec Hawaï 5-0 (2,1 millions de téléspectateurs et 9,4% du public).
C’est donc Mercy qui sera la chanson qui représentera la France à l’Eurovision 2018. Il reste à Madame Monsieur et à leur équipe de préparer la performance qui mettra le mieux ce titre en avant et donnera à la France un bon résultat à Lisbonne avec, pourquoi pas, cette victoire qui nous fuit depuis 1977.

Laisser un commentaire